Compte Rendu Causerie – Harmonie Mutuelle – Florence Condamin – Patrick Mirot – Paris – 8 Décembre 2015

 

Capture d'écran 2016-02-02 15.03.24

 

CMJN de base

 

 

 

 

 

Collectif Performance et Qualité de Vie au Travail 

Compte rendu Causerie du 8 décembre 2015, Paris – Florence Condamin Directrice Prévention et promotion de la santé – Patrick Mirot Chargé des Relations Partenaires – Harmonie Mutuelle

L’engagement de la plus importante mutuelle Française pour la santé au travail. 

Issue de la fusion récente de plusieurs mutuelles, Harmonie Mutuelle est à ce jour la première mutuelle santé de France.

Son métier d’assureur et son lien avec l’Assurance Maladie via son activité de complémentaire santé a naturellement positionné cette mutuelle sur le curatif.

Si le curatif est définitivement nécessaire pour accompagner les adhérents sur les questions de meilleurs accès aux soins, intervenir sur le préventif s’est naturellement imposé comme une voie de progrès pour Harmonie Mutuelle. D’autant que l’ADN des mutuelles à son origine comportait déjà une grande sensibilité aux questions de prévention.

La Prévention chez Harmonie Mutuelle est aujourd’hui organisée autour d’une équipe de 45 personnes réparties sur l’ensemble du territoire. La direction centrale, managée par Florence Condamin, compte une dizaine de personnes. Leurs missions : piloter, coordonner, développer et faire connaître cette activité sans exclusive. Ici, la Prévention a pour vocation d’accompagner tous les adhérents sous contrat individuel comme sous contrat collectif.

Avec la complicité de Patrick Mirot, Florence Condamin a voulu partager avec nous sa perception de l’évolution des attentes et besoins des entreprises sur les sujets de prévention, de qualité de vie au travail et de ROI.

Harmonie mutuelle possède 45 000 entreprises en portefeuille. Toutes ne s’intéressent pas à la santé, ni à la prévention. Nombre d’entre-elles sont même très éloignées de toutes ces approches.

Si, traditionnellement, les grandes entreprises ont été précurseurs sur ces questions, aujourd’hui la généralisation de la complémentaire santé a un effet accélérateur.

En conformité avec l’ANI (Accord National Interprofessionnel), toutes les entreprises auront et devront proposer à leurs salariés un contrat santé.

Cette situation nouvelle est propice à interpeller la population des dirigeants d’entreprises.

En premier, celle sensible aux questions de santé alors que le contexte ne leur donnait pas toute la légitimité d’installer des actions autour d’un dispositif partagé. Demain, dès lors que l’employeur prendra en charge 50% de la cotisation du contrat de santé, ce sujet le concernera.

Bonne ou mauvaise porte, là n’est pas la question. C’est l’opportunité d’entamer un questionnement de type « Je vais financer demain un contrat santé pour quel bénéfice ? ».

Selon Florence Condamin, parler de bénéfice avant de parler de prévention contribue à la maturité des entreprises, notamment des plus petites. Celles qui se débattent sur les sujets de réglementation, d’obligations, de responsabilités, y compris pénales, sur le domaine de la prévention et des risques professionnels ; également, celles dans l’obligation de réaliser ou d’actualiser leur Document unique pour identifier leurs risques professionnels, proposer des plans de prévention et les évaluer.

Aujourd’hui, les petites entreprises sont parmi les plus démunies sur ces questions.

Alors que souvent elles ne savent pas à quelles portes frapper, leur mutuelle peut être leur premier contact.

La mutuelle a des capacités pour ouvrir des portes, proposer des mises en relation, ou accompagner l’entreprise.

C’est pourquoi, les équipes dédiées d’Harmonie Mutuelle sont là pour expliquer la protection sociale, la réglementation, les évolutions et pour proposer des actions et services de prévention aux entreprises et à leurs salariés …

Au-delà du document unique, les contrats de complémentaire santé mis en place pour le 1er janvier 2016 prévoient une obligation de mise en place d’actions de promotion de la santé au sein de l’entreprise dans le cadre du dispositif de co-recommandation prévu dans les accords de branches professionnelles.

Dans ce cadre, les complémentaires santé ont l’obligation d’apporter un conseil aux entreprises.

Dès le départ repérée comme un partenaire santé, Harmonie mutuelle s’est positionnée notamment sur l’accompagnement individuel de la gestion du capital santé dans l’entreprise.

Elle propose ainsi aux entreprises un programme « La santé gagne l’entreprise ».

Les besoins sont déterminés au travers d’un diagnostic santé général des salariés. Il est opéré par questionnaire. Les questions, autour d’une centaine, sont anonymisées  et traitées par un tiers extérieur. Les données recueillies sont confrontées à des référentiels et indicateurs connus. La  démarche permet de définir les priorités et actions de prévention à installer sous forme de formation, de sensibilisation (ateliers) ou d’accompagnement prévention.

De nombreux sujets traités touchent aux déterminants de santé :

  • l’alimentation équilibrée,
  • l‘activité physique,
  • les questions sur les addictions…

Par exemple, l’alimentation des personnes en travail posté ou en horaires atypiques. Ces personnes ont souvent une alimentation déséquilibrée. Cette pratique installe un cycle pernicieux : embonpoint – diabète – cholestérol – problèmes cardiaques – elles peuvent également souffrir de problèmes de dos.

Des sujets qui touchent à la vie professionnelle autant que privée des personnes.

Comme cette action de prévention menée auprès des conducteurs routiers sur la thématique du sommeil, la manière de se tenir au volant.

Pendant longtemps, Harmonie mutuelle est prudemment restée cantonnée sur le périmètre de la santé individuelle des salariés.

Aller sur les questions de conditions de travail, d’environnement de travail, de la qualité de vie au travail comportait des risques :

  • risque d’instrumentalisation entre des employeurs clients de la Mutuelle et des partenaires sociaux. Chacun n’ayant pas nécessairement les mêmes visions, les mêmes attentes,
  • risque commercial « à la base nous avons un contrat commercial qui peut être dénoncé.».

Aujourd’hui, Harmonie Mutuelle s’ouvre à des champs plus spécifiques, dont la demande est en évolution récente :

  • l’analyse des risques professionnels, les problématiques de santé au travail
  • des solutions pour prévenir les risques professionnels comme les TMS (Troubles Musculo Squelettiques), les RPS (Risques Psycho-Sociaux), les risques routiers.

Une offre de service est en cours de développement pour répondre à ces demandes sous les différentes formes déjà pratiquées : sensibilisation, information, atelier, formation, accompagnement…

Harmonie Mutuelle capitalise également sur les bénéfices de son propre fonctionnement interne.

Après avoir longtemps travaillé en silo, sans croiser des sujets communs (RSE – Plan santé au travail – Accords Vie privé/vie professionnelle, Egalité homme femme, Harcèlement, Handicap – Document unique) les équipes se parlent et échangent sur leurs pratiques de manière transverse.

Cette démarche nourrie les offres proposées aux entreprises. Inspirées parfois des résultats de dispositifs internes et en lien avec la législation, ces offres sont volontairement positionnées en Obligation de résultats pour l’entreprise. Elles rejoignent les demandes d’entreprises exprimées dans ce sens, notamment pour la RSE, en forte émergence.

Egalement, Harmonie Mutuelle travaille actuellement sur une offre de pilotage de la prévention qui propose d’analyser les données internes de l’entreprise avec des collaborations étendues aux Services de Santé au Travail.

Cette démarche préfigure une évolution forte dont Florence Condamin nous donne sa vision.

Celle d’un accompagnement des entreprises sur le champ de la prévention, de la santé, de la qualité de vie au travail, qui associe tous les acteurs, au-delà de leurs craintes réciproques de voir chacun faire à leur place, faute de moyen.

« L’entreprise doit-être prête à mettre autour de la table les partenaires sociaux, les Services de Santé au Travail, quand c’est possible, les CHST, les RH, les managers pour que tout le monde soit porteur de la démarche qui va être mise en place. Il n’y a que comme ça que l’on peut avancer. »

C’est ce que Florence Condamin nomme entre guillemet la « déontologie » d’Harmonie Mutuelle.

Un faire ensemble pour la performance et la qualité de vie au travail qui nous va bien !

Christophe Cahn – Wagram Consulting – christophe.cahn-@-orange.fr – Décembre 2015 – Toute reproduction interdite sans l’accord écrit de l’auteur. Droits réservés.

Télécharger la version PDF : Compte-rendu-Causerie-du-10 décembre-2015-Florence-Condamin-Harmonie Mutuelle

Laisser un commentaire