Compte rendu Causerie – Xavier FROISSART (France Télévisions) – du 23 novembre 2017 à Paris

Collectif Performance et Qualité de Vie au Travail

Compte rendu Causerie du 23 novembre 2017 à Paris –Xavier FROISSART (Directeur de la Santé et de la Qualité de Vie au Travail  chez France Télévisions)

 

Animateur : Alain Benlezar ( IMS)

 

Etaient présents :

  • Florence Paris ( Sodexo)
  • Lionel Marmol ( Cohésion international)
  • Georges Wargniez  ( Trésorier du Collectif P et QVT)
  • Patrick Dumoulin ( Great place to work)
  • Florence Wiener ( Groupe La Poste )
  • Pierelle Boursaly ( Cabinet PSYA)
  • Patrick Rame ( GTPR)
  • Silvano ZANATTA ( Transalchimie)
  • Jérome Artz ( Cabinet Avocats Barthélémy)
  • Marc Jourdan  ( La Banque Postale) Rédacteur du compte rendu

 

Après  le tour de table de présentation des participants  et le rappel des règles de fonctionnement de cette  causerie par notre animateur, Xavier Froissart nous présente l’accord QVT , récemment signé  à France Télévision .

 

Avant d’entrer dans le détail de cet accord, notre conférencier nous rappelle les moments forts de l’histoire de son entreprise :

  • 2008 : Annonce de la fin de la publicité sur l’audiovisuel public
  • Aout 2010 : Nomination de Rémy Pfimlin à la tête de France Télévisions et création du Service de la Santé et de la QVT
  • 2013 : Suite à deux graves alertes RPS, audit socio organisationnel de l’entreprise confié à Henri Vacquin qui donne lieu à une analyse pertinente de la situation, des restitutions en CODIR et en CHSCT. C’est le début d’une démarche d’accompagnement de la transformation de l’entreprise.

 

La négociation de l’accord QVT a duré 1 an (juillet 2016 /juillet 2017)

Cet accord a été signé le 12 juillet 2017 par la CGT et FO.

C’est un accord innovant car c’est un accord-cadre non prescriptif. Les managers de terrain ont la liberté de l’adopter ou pas…

C’est un accord évolutif qui s’inscrit dans une logique d’amélioration continue.

Il donne la priorité au management et à la prise en compte du travail réel.

Cet accord comporte 20 engagements qui devront être mis en place sous 18 mois à raison de 3 à 5  sujets traités par trimestre par des groupes de travail  de 15 personnes ( managers opérationnels, représentants du personnel, salariés , RH…) qui pourront être « éclairées » par des experts internes ou externes .

 

Trois réunions par thèmes sont programmées :

1- Etat des lieux ;

2- Créativité

3- Formalisation des solutions retenues.

 

Un comité stratégique de déploiement  et une commission de suivi  de l’accord se réuniront tous les trois mois pour valider les solutions proposées.

Exemples de sujets à traiter :

La transformation du travail, les espaces de discussion au travail, le droit à la déconnexion, les évolutions des organisations de travail dont le télétravail à domicile.

 

Sur ce thème du télétravail,  le Directeur de Great place to work livre quelques clés de succès :

Tout le monde n’est pas éligible, le règlement du télétravail doit être très précisément écrit  et le nombre de jours de télétravail limités à 2 ….

Xavier Froissart, en réponse à une question sur les modalités de constitution des groupes de travail, précise qu’il s’agit d’un appel à volontariat.

Il rappelle également quelques principes majeurs de gouvernance de son entreprise : délégation par la confiance a priori (contrôle a posteriori) et responsabilisation/autonomisation  des salariés et des équipes.

Xavier Froissart évoque également le contenu de quelques chapitres de cet accord comme la santé tout au long de la vie professionnelle ou le respect au travail.

Sur ce thème du respect au travail certains participants soulignent que c’est un vecteur de bonnes relations au travail mais que c’est un sujet parfois difficile à aborder pars des cabinets conseils en entreprise sous peine d’être taxés de « moralisateurs ».

 

Xavier Froissart insiste enfin sur le titre de cet accord : « Développer la QVT au quotidien : enjeu économique et social de France Télévisions » Pour lui, c’est une nouvelle façon d’aborder le dialogue social dans l’entreprise, de sortir des postures traditionnelles  et d’aborder des sujets jusqu’à présent tabous…

Même s’iI reconnait que tout est à faire pour que l’ensemble de la ligne managériale  se saisisse de cet accord, il voit, dans le nombre de salariés présents (200) aux journées de la Santé organisées le 10 octobre dernier par sa direction, un signe encourageant d’intérêt à la réussite de ce projet.  

Laisser un commentaire