Compte Rendu Causerie Sanofi Pasteur – Christophe ANDRE – 16 Juin 2016 – Lyon

Christophe ANDREheader_logo_sp

 

 

logo cohesion international

 

 

 

 

« Causerie lyonnaise autour d’une bonne table, carrée,  un soir de juin 2016 » – Compte-rendu 

Participants : 

Sacha GENOT – Collectif Performance et QVT

Christophe ANDRE – Sanofi Pasteur

Christophe BENSOUSSAN – Satisform / Collectif Performance et QVT

Jack BERNON – Ville de Lyon

Irène GAZEL – Région Auvergne Rhône Alpes

Frédérick JACQUELET – Cohésion International

Sandrine LACLAU – Cohésion International

Yves LE BIHAN –  Angel Consulting

Nathalie MILANETTI – Harmonie Mutuelle

Rédacteur : Sandrine LACLAU

Après un chaleureux accueil de Sacha, la présentation du Collectif Performance et QVT, un rapide tour de table, quelques commentaires footballistiques, Euro oblige, malgré une préférence affichée de certains pour le rugby, Christophe A. lance la  causerie.

Sanofi Pasteur – quelques chiffres : 7.000 collaborateurs, 1er employeur privé de Lyon, 4 sites (Lyon, Marcy l’Etoile, Neuville sur Saône, Val de Rueil)

Démarche Qualité de Vie au Travail : Christophe A. nous présente les nombreuses actions menées dont la mise en place il y a un an, d’un comité QVT, à l’initiative des représentants du personnel, réunissant une dizaine de personnes, pluridisciplinaires (RH, HSE, HSE, Médecin du travail, opérationnels).

Ce comité QVT a travaillé autour de 7 axes dont : le développement de l’excellence managériale, la prévention des RPS,  l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle, le bien-être physique et mental, la création d’espace de dialogue. Chaque site a ensuite pris le lead et déployé ces axes dans leurs équipes. Il s’agissait :

  • de faire évoluer l’état d’esprit (sur les rythmes de travail, la verticalisation des fonctions support) dans un contexte difficile de renégociation qui génère anxiété et inquiétude. Le parallèle est fait avec Nokia qui a travaillé sur la QVT dans un contexte de plan social) ;
  • d’impliquer le top management dans la QVT : nomination d’un sponsor pour porter le projet => la Directrice Générale Déléguée : mise en place d’ateliers pour le top management afin de sensibiliser sur le lien entre performance et QVT ;
  • d’accompagner les managers vers l’écoute et l’attention portée aux collaborateurs (outil « ce qui compte le plus » – Trust & leadership tool kit) avec des enjeux sur le recrutement et l’évaluation (la « nine box », le 360°, la pratique de l’évaluation par les N-1 et N-2) ;
  • de mettre en place une démarche de prévention des RPS : conférence et formation, notamment sur le burn-out – programme « on est tous acteur » dans le cadre de la semaine de la QVT : ce que l’entreprise fait pour l’individu, ce que l’individu fait pour l’entreprise, ce que l’individu fait pour lui-même.

Dans toutes ces démarches, le chemin est long, difficile, il faut rester humble et favoriser les petits pas. Les contrôles, process, CRM, reporting, etc. prédominent, parfois au détriment de la créativité et de l’initiative.

Pourtant, plusieurs belles réussites ont été citées : « IT kiosk » chez Sanofi Pasteur sur une idée apportée par des assistantes administratives, validée en COMEX et déployée depuis sur tous les sites ; mise en place d’un forum d’idées chez Belgacom (présenté par Christophe BS) ou chez EDF (présenté par Frédérick, sur le coworking pour les agents en déplacement) …

La difficulté restant le relais de ces bonnes idées. Elles ne remontent pas toujours jusqu’aux Directions, ce qui peut engendrer de la frustration pour les collaborateurs qui en sont à l’initiative (Frédérick, Yves).

Jack rebondit sur les « autoroutes de l’information », qui fonctionnent plutôt bien dans les organisations, du haut vers le bas, via les notes de service et l’encadrement intermédiaire, mais qui ressemble plus à des « chemins de randonnée » dans l’autre sens. Une réflexion managériale est nécessaire pour trouver le chemin ascendant.

Comment aider les managers à lever les barrières (Christophe BS) ?

L’audace n’est pas toujours récompensée, alors que l’échec est presque systématiquement sanctionné (Christophe A.). Tout est lié à la culture du risque (Frédérick et Christophe BS au travers d’exemples sur la Finlande et les Etats Unis sur la création d’entreprise et le lacement de projet). Belle illustration par la stratégie mise en place par la MAIF (rappelée par Sacha) sur l’Audace et la Confiance déclinée sur les valeurs et les techniques du rugby. D’autres références présentées par Sacha viennent illustrer ce point : Air France, AXA, KORIAN.

Notre réflexion continue sur l’importance du lien et de l’humain au cœur des organisations (Christophe A). Un salarié heureux est plus créatif, plus assidu, plus motivé, plus motivé.

Or, le digital va à l’encontre de ce lien et a apporté de la complexité, de l’interdépendance et de l’individualisation (besoin de se réaliser) dans les organisations

Le télétravail peut à la fois apporter de la productivité (ex du Parlement belge) mais aussi du stress (moins de liens, culpabilisation de se sentir obligé d’être plus performant) … Donc, pour être dans un rapport équilibré, il sera important de conserver des temps et des lieux partagés (Christophe BS, Sacha).

D’autres périphériques sont proposés chez Sanofi Pasteur : méditation, yoga, sieste. Idem chez Michelin avec l’accompagnement sportif des collaborateurs par un rugbyman.

Questionnement de Jack sur la valeur ajoutée de ces démarches individuelles : le risque est de masquer de vrais problèmes par des solutions extérieures. Avant de parler de QVT, parlons aussi de la Qualité du Travail. Est-ce que le travail fait sens ? Partage autour des 3 verbes les plus utilisés de notre langue : Avoir (une place, un travail), Faire (son travail), Etre (et bien-être au travail).

En fait, tous les participants s’accordent à dire que l’enjeu du Bien-Etre au Travail repose beaucoup sur l’axe managérial au quotidien et la posture du manager. Exemples : Mérial avec des référents bien-être formés à l’écoute active bienveillante (Christophe A) ; mise en place des entretiens de relations en Belgique assurés par des professionnels dont c’est la fonction spécifique (Frédérick) ; personne ressource à la Banque de France qui coordonne tous les acteurs (Christophe A).

Irène interpelle sur sa réserve sur ces référents qui peuvent parfois être mis en difficulté (chacun se dédouane de sa responsabilité) (expérience vécue à la Métropole).

En même temps, elle reconnait que les organisations demandent de plus en plus aux managers : Quelle est leur fonction ? Qu’attend-on d’eux ?

Yves nous donne son point de vue sur l’entreprise positive : il s’agit de mettre en place des outils pour permettre à chacun de prendre en charge sa santé tout en travaillant sur une culture et des valeurs communes. Les organisations doivent évoluer vers l’attention ouverte des managers vis-à-vis de leurs collaborateurs. « Ton avis compte ». Chacun compte pour ce qu’il fait mais aussi pour ce qu’il est. Les organisations doivent créer les conditions propices et veiller à la symétrie des relations (l’attention portée aux collaborateurs est-elle toujours aussi importante que celle portée aux Clients ?). C’est une responsabilité collective, qui commence par la Direction Générale : Est-ce que le top management prend soin de ses collaborateurs ?

Cette approche est confirmée par Irène qui apporte une nuance. Les managers savent quand un de leurs collaborateurs est en souffrance mais ils peuvent hésiter à intervenir ou ne pas savoir vers qui se tourner dans l’organisation.

Nous en convenons tous. Une personne en détresse ne fait pas la démarche. L’enjeu pour l’organisation est d’organiser la détection des signes. Nous évoquons avec émotion la crise suicidaire chez France Télécom. Jack nous fait part de son expérience dans la gestion de cette situation. Irène illustre aussi avec un cas d’immolation à la Métropole.

Retour sur la responsabilité et la charge des managers : il est incontournable aujourd’hui d’associer ces sujets au profil des managers recrutés. Il est tout aussi nécessaire de repenser le travail des managers : process, reporting et CRM vs animation d’équipe ? Référence aux managers de PepsiCo et de Carrefour (Sacha).

Questionnement amené par Christophe A sur les jeunes générations qui sont de plus en plus attirées vers les expériences sociales, l’entreprenariat, les missions ayant du sens, au détriment des grands groupes. Exemple des journées d’immersion solidaire – projet en lien avec l’association « Ca me regarde » ; « Dream night at the zoo » qui a réuni, le 3 juin, au Parc de la tête d’or, 150 volontaires, dont 50 de Ville de Lyon (Jack).

Une des solutions présentée par Yves, pour les grands groupes, afin de redevenir attractifs auprès de ces jeunes diplômés sera de mettre en avant la dimension relationnelle, le sens, l’autonomie pour les managers. Ce sur quoi s’accordent Irène et Jack par rapport à la fonction publique dans laquelle cette notion de sens est portée et partagée par les agents (mission de service public).

La Direction qui donnera du sens et de l’autonomie, comptera des collaborateurs sereins. A leur tour, les managers de demain ne manageront plus seulement par le contrôle, ni par le savoir, mais par le soutien à leurs équipes. Référence au « manager-coach » de la Française des jeux (Christophe A) ou au profil de manager recherché par Natixis (Christophe BS).

Un dernier point est proposé par Irène sur le rôle de DRH ? Jusqu’où aller dans l’accompagnement des équipes ? Quel est la limite RSE de l’organisation ? Différents échanges entre Irène, Jack et Frédérick pour s’accorder sur le risque de tomber dans le côté moralisateur, d’où la nécessité de toujours réinterroger la valeur « travail ».

Avant de nous quitter, en guise de dernière réflexion, Jack partage une de ses dernières lectures sur l’histoire de la médecine du travail. Et si la QVT avait commencé là ?

Sur ces bonnes paroles, il est l’heure de nous séparer.

Sacha nous remercie pour ces discussions passionnantes.

Chacun a pu s’exprimer au cours de cette 1ère causerie lyonnaise.

Vivement la prochaine !!!

Merci à tous,

Calendrier :  

  • 29/6/2016 – 19h30 – Bourse du travail / Lyon : Conférence organisée par Harmonie Mutuelle, animée par Michel Cymès 

Sources – Bibliographie – Références : 

  • Rapport « La négociation collective, le travail et l’emploi » de Jean-Denis Combrexelle (septembre 2015)
  • « Travail des Hommes et Savants oubliés » du Docteur Michel Valentin (1978) sur l’histoire de la médecine du travail, de la sécurité et de l’ergonomie – recherches de Louis René Villermé – Edito de Georges Clémenceau 

Télécharger le compte rendu au format PDF : CR – Causerie du 16 juin 2016 – Lyon – Sanofi Pasteur

 

Laisser un commentaire