Compte rendu Causerie – Jérôme ARTZ (Barthélémy Avocat) – du 28 septembre 2017 à Paris

Collectif Performance et Qualité de Vie au Travail

Compte rendu Causerie du 28 septembre 2017 à Paris – Jérôme ARTZ Avocat Conseil en Droit Social Associé, Cabinet Barthélémy Avocat, Barreau de Paris

 

Après le traditionnel  » discours sur la méthode  » de ces causeries et le tour de table permettant la présentation des participants, Sacha GENOT donne la parole à Jérôme ARTZ .
Ce dernier nous indique qu’il nous livrera durant son exposé les questions que son métier et ses contacts avec les employeurs et Les Entre reprises conduisent à se poser .
Titulaire du Diplôme de Juriste Conseil d’Entreprise, le conférencier estime «  avoir appris le droit par la pratique » et qu’il gagne des dossiers à la force de sa conviction .
Dans ses interventions, Jérôme ARTZ est nécessairement amené, face à son client, à appréhender sa manière de fonctionner, pour créer progressivement une relation de confiance en adaptant son discours à la personne et à la problématique de celui ci .
Pour Jérôme ARTZ son métier est un métier de Conseil en droit du Travail qui doit donc intégrer une posture  » préventive”. Elle passe par un accompagnement au jour le jour pour faire en sorte que l’employeur -client prennent les mesures lui évitant les aspects néfastes d’un  » plantage juridique  » .
Notre conférencier nous précise que dans son métier il gère l’humain et les relations humaines au delà du Droit ….
Jérôme ARTZ adopte une démarche d’accompagnement en se mettant à la place du client .
Il avoue devoir parfois convaincre les plus « réfractaires »mais, s’il constate que l’individu, chef d’entreprise ne veut en faire qu’à sa tête, il met fin au contrat.
Dans son métier Jérôme ARTZ nous dit avoir l’obligation d’une relation de confiance et sa position d’avocat le conduit à développer une « intimité  professionnelle » avec son client .
Il constate que le comportement du chef d’entreprise influe sur l’ambiance de l’entreprise en question. Pour lui, la qualité des relations sociales dans l’entreprise dépend de la culture de son dirigeant.
Il souligne que nombre de conflits avec les IRP tiennent au fait que les dirigeants délèguent trop la conduite des relations sociales avec ces représentants qui ne sentent pas assez considérés.
Questionné sur le rôle d’avocat Conseil en droit du travail impacte la QVT de l’entreprise, Jérôme ARTZ répond qu’il contribue à expliciter les règles de droits en terme de QVT (droit à la déconnexion, respect des horaires légaux de travail, obligation de salles repos….) Il contribue également à la rédaction de certains accords d’entreprise .
Les échanges entre participants abordent l’importance de l’inconscient collectif dans la QVT, du savoir être dans la gestion de la santé au travail ainsi que la faiblesse de la formation initiale des écoles de management dans le domaine de l’intelligence émotionnelle.
Même si le salarié est au cœur du process de travail ( cf. dernière version de la norme iso 9001 et 26000) , les participants se lancent dans une réflexion autour de l’intelligence artificielle de laquelle il ressort que l’on ne peut pas manager qu’avec des algorithmes !!!!
Tous s’accordent à dire que ce qui compte c’est la qualité de la relation et la volonté de partager …

Pour conclure , et en réponse à une question sur la nature de la contribution d’un avocat du droit du travail à la diffusion du bonheur et du bien être au travail , Jérôme ARTZ indique que dans son activité il transforme ou traduit des concepts philosophiques en concepts juridiques , ces concepts devenant eux mêmes des contraintes juridiques qui protègent les salariés ( gestion des RPS, égalité hommes /femmes ,responsabilité juridique de l’employeur en terme de santé physique et mentale de ses salariés…).

Laisser un commentaire