Compte rendu CAUSERIE avec Frédéric Ganneval à l’Atelier de Maître Albert – 21 Avril 2015

Compte rendu de la CAUSERIE du 21 Avril 2015 avec Frédéric GANNEVAL à l’Atelier de Maître Albert.

Frédéric Ganneval - Artenice Logo artenice consulting

Frédéric GANNEVAL est Co-fondateur et Directeur du développement International de Artenice. Il est également membre du Collectif.

ARTENICE est l’histoire volontairement discrète porteurs d’une vision du métier des études plus qualitative, et plus haut de gamme :

–          sortir d’une approche industrielle des études pour faire du sur mesure.

–          se faire plaisir dans la mise en place de protocoles d’études innovants,

–          prendre le temps avec les clients qui ne sont pas que des clients mais des partenaires,

–          réaliser des études en partant du principe que les bonnes statistiques se font avec de bons terrains et des enquêteurs proches des chargés d’études

–          Comment cette ambition, initiée à deux en 1997, dans 8 m2 à l’Arenas de Nice (où comme chacun sait grands comptes et opportunités foisonnent … à profusion !) a-t-elle donnée naissance à un institut d’études aujourd’hui présent dans 9 pays avec 140 collaborateurs dont 40 à New York .

Alors que le projet de départ d’ARTENICE était de mailler la France, leurs anciens grands comptent sont venus les chercher («On vous veut !»). Conséquences, le gros des affaires s’est d’abord fait à Paris, puis en Suisse, puis Milan…

L’Industrie du parfum, des cosmétiques, ARTENICE spécialisé dans les études de parfums qui représentent 30% de son CA mondial. Le parfum, marché mondial avant tout, n’a fait qu’amplifier l’expansion  à  l’international.

Caractéristiques du marché :

–          Mondial

–          Concentré : occupé à 80% par moins de 20 entreprises

–          Secret : industrie vivant en vase clos où tout le monde se connait, se coopte,

–          Structuré principalement autour

–          Investissement significatif : 150M€ pour le lancement d’un parfum (publicité, packaging, retail)

–          Réduction de la durée de vie des parfums : conséquence du cadencement des lancements passé 250 à 750 en 10 ans

–          Phase de déclin

Les parfums pour lesquels ARTENICE a validé le go to market ont tous fini dans le top 10 mondial.

Ce marché permet à ARTENICE d’inventer et d’installer des protocoles innovants :

–          Développement d’études de parfum sous hypnose pour interroger l‘inconscient des femmes,

–          Cette approche novatrice est née du constat que la relation au parfum va au-delà de la simple appréciation objective : « les parfums qui marchent durablement sur le long terme nous disent qu’il se passe quelque chose d‘autre ».

Management

ARTENICE communique peu. Son but est d’avoir des salariés heureux, animés par un esprit ‘’fun’’, qui consacrent leur temps à innover, imaginer de nouveaux protocoles où les dimensions de fierté des réalisations, de fidélisation les clients sur le long terme sont parmi les valeurs et la culture d’entreprise.

Les dirigeants d’ARTENICE sont partis d’un business model relativement simple :

–          «Mieux vaut avoir 10% d’une affaire qui fait 1 Md€ que 100% d’une affaire qui en fait 100k€.»

Partant de ce principe et du constat que les employés d’ARTENICE se répartissent aux 4 coins de la planète, l’activité a été managée avec un esprit TPE locales :

–          Faire des BU de petites unités qui soient force de proposition

–          Laisser aux collaborateurs une grande latitude d’action pour mieux les intéresser aux résultats de l’entreprise.

–          Accorder aux cadres dirigeants des parts dans l’entreprise pour qu’ils en soient parties prenantes

–          Avoir pour réflexe d’être les ambassadeurs de leurs propres clients

  • Partage de savoir faire
  • Partage de l’expérience

–          Expliquer les limites du métier : à la base, ce sont des statisticiens

–          Créer du lien avec les autres au travers de multiples initiatives citoyennes et solidaires du vivre ensemble.

Cette pratique managériale entre en résonance avec les enjeux du marché du parfum cosmétique.

L’introduction des fonctions marketing a eu pour conséquence d’installer une approche zéro risque par un pilotage par tableaux de bord qui a fini par marginaliser la position d’Homme de l’art du métier.

Egalement, l’application de la pratique du benchmark aux meilleurs parfums des marchés monde a donné naissance à des marchés ni segmentant, ni segmenté mettant sur un même plan le Brésil,, le Japon, les USA, l’Allemagne.

Aligner 40 pays en simultané a eu pour conséquence de positionner les produits qui déplaisent le moins à tous les consommateurs.

Or, installer un parfum, avec une vraie personnalité, met entre 3 à 5ans.

Conséquences, le marché commence à décliner :

–          Les ventes des produits historiques (phares) sont touchées,

–          La préservation des marges fait office de stratégie,

–          La part de la valeur intrinsèque du parfum diminue dans le prix facial du produit.

Pour contacter Frédéric GANNEVAL : frederic.ganneval -@- artenice.com

Compte Rendu rédigé par Christophe CAHN, Chef de Projet Great Place To Work – Toute reproduction interdite sans l’accord écrit de l’auteur. Droits réservés.

 

De l’optimisme au changement de paradigme

L’industrie commence à trembler sous l’impulsion d’un mouvement de réappropriation des parfums initié par des Hommes de l’art. Des indépendants ont créé des micros structures («tout le monde dans la cuisine»). Ils grignotent le marché avec des approches simples et des produits épurés.

Ces acteurs ont pris 15% du marché.

Ces petites unités de production ont pour caractéristique de mettre du sens dans leur approche.

Elargit à la comparaison avec d’autres industries couplée avec le regard monde de l’Institut d’études ARTENICE, elles annoncent, selon Frédéric Ganneval, un changement de paradigme :

–          Mettre du sens

–          Etre heureux

–          Créer du lien avec les autres

–          Créer du lien avec la terre, l’environnement.

 

Une valeur économique est en train de disparaitre au profit d’une nouvelle valeur :

–          Le passage d’une économie de l’avoir plus à une économie de l’être mieux

  • « Le verbe avoir sera de moins en moins conjugué au profit du verbe être »

–          Les entreprises vont avoir une empreinte sociétale, une fonction de production distributive pour restaurer la chaîne de valeur et promouvoir une attitude collective.

 

Télécharger le compte rendu : Compte-rendu-Causerie-du-21-avril-2015-Frédéric-Ganneval-Artenice

Laisser un commentaire