Compte Rendu Causerie Emuca – Lydia Boisier – 12 Mai 2016 – Nantes

Lydia Boisier BIG_EMUCA

Le jeudi 12 mai 2016 s’est tenue au restaurant « Maison Baron Lefebvre » la deuxième causerie du Pôle d’Activité Autonome de Nantes.

Ont participé : Simon Poidevin (fondateur de Blue Monkey Production), Patrick Lesage (gérant de Performance et Mieux Etre), Lydia Boisier (coordinatrice commerciale EMUCA), Jean-Baptiste Le Tennier (Responsable Grand Ouest chez Great Place to Work), Rémi Tessier (chargé de relations chez Harmonie Mutuelle), Aurore Blaschek (Psychologue du travail et des organisations), Gersande Cabanieu (Directrice du pôle de prestations en relation commerciale chez MAIF SOLUTIONS FINANCIERES), Yolaine Piveteau (responsable de centre Multiburo), Sacha Genot (délégué général du Collectif Performance et QVT), Frédéric Vanlierde (Catalys Conseil), Alexandre Charles (Directeur d’agence Cohésion International), Guillaume Lesdos (Co-fondateur Medaviz), Christophe Bensoussan (Directeur Général Satisform’s)

La causerie a été lancée sur le thème : « Culture et mode de vie au travail comparés entre la France et l’Espagne. La qualité de vie dans une entreprise à Valence. ». Cette thématique est développée par Lydia BOISIER, coordinatrice commerciale de EMUCA.

Lydia a travaillé plusieurs années en Espagne et a connu plusieurs expériences au sein de sociétés espagnoles avant de rejoindre la société EMUCA. Il s’agit d’une PME qui fabrique et commercialise une vaste gamme de produits pour le secteur du meuble, la menuiserie, la quincaillerie et le bricolage. La société compte des filiales à Valence (Espagne), Padoue (Italie), Chelmsford (Royaume-Uni), Nantes (France) et Lisbonne (Portugal). La société exporte dans plus de 50 pays.

Lydia nous expose en premier lieu la situation du marché du travail en Espagne depuis la crise de 2007 :

  • Très peu de protection du salarié : possibilité de se séparer d’un salarié aisément et peu d’avantages sociaux généralisés
  • Le travail des syndicats est peu contributif. Ces derniers manquent de crédibilité en raison notamment de nombreuses affaires judiciaires (détournements…).
  • Le chômage des jeunes est proche de 50%, ce qui les oblige à accepter le travail qui se présente.
  • Il existe des disparités importantes entre les différentes régions d’Espagne.
  • Le travail au noir est significatif notamment, dans les zones agricoles du sud de l’Espagne.

La situation est donc extrêmement difficile sur le marché du travail et le redressement n’est pas encore une réalité pour la majorité des Espagnols.

Dès lors, la Qualité de Vie au Travail ne dépend pas de la législation mais est liée à la politique de chaque entreprise. Au sein d’EMUCA, il est intéressant de noter que la QVT fait partie de l’ADN de la société et est perçue comme un vecteur de performance. Cela est sans doute lié à son dirigeant historique (il s’agit d’une société familiale) qui s’est toujours inspiré des meilleures pratiques observées dans le monde. Les actions menées s’articulent autour de deux principes : reconnaissance de l’implication dans le travail et attention portée à chaque salarié. Quelques pratiques permettent de comprendre la philosophie générale de l’entreprise :

  • Les enfants du dirigeant ont commencé dans l’usine et ont fait un passage réussi dans une filiale à l’étranger, avant de revenir à la tête de l’entreprise.
  • En cas de difficulté personnelle ou familiale, il est créé une cellule permettant de soutenir le salarié, y compris financièrement si nécessaire.
  • Les salariés travaillant dans l’usine ont des opportunités de former ou se former dans d’autres unités du groupe à l’étranger.
  • Lors du départ à l’étranger d’un salarié, la situation personnelle et familiale est analysée et appréciée dans son ensemble. Prenons le cas de Lydia : lors de son départ en France pour créer la filiale française d’EMUCA, il y a eu un temps de latence durant lequel son mari était resté en Espagne. La société a financé l’ensemble des trajets qu’elle souhaitait, et même parfois à des tarifs très élevés. Notons, en outre, que Lydia était en lien très fréquent avec le siège pour savoir comment elle se sentait.

Les conséquences positives de ces pratiques sont notamment :

  • L’implication des salariés.
  • L’attrait pour les talents extérieurs.
  • Le développement d’une culture de performance.

Nous avons ensuite eu le témoignage de Gersande Cabanieu, directrice du Pôle de Prestations en Relation Commerciale chez MAIF SOLUTIONS FINANCIERES. La MAIF était une « belle endormie » et son directeur général, Dominique Mahé, et son Président, Pascal Demurger, ont défini le plan stratégique 2015-2018 autour des termes énigmatiques : « L’Audace de la Confiance ».

Il a donc fallu décliner ce plan stratégique dans cette filiale d’environ 80 salariés avec un objectif de baisse des charges de 10% pour la première année. Pas évident, a priori !

Pour ce faire, le principe de base qui a été appliqué : faire confiance à chaque salarié (l’anti-approche top-down !). En groupe, les salariés ont réfléchi sur leur métier, leurs pratiques, leurs rêves… sans tabou et toujours dans un esprit de bienveillance.

Cette approche nouvelle a fait évoluer les mentalités assez rapidement (y compris des représentants du personnel) : les salariés se sont senti habités d’une mission et d’un « devoir » de réussite. Les décisions étaient prises beaucoup plus rapidement et ne nécessitaient pas de longs mois de réflexion ; les initiatives individuelles ont été encouragées.

Ceci n’a pas été sans déclencher d’autres difficultés :

  • Les managers se sont sentis un peu perdu dans leur fonction.
  • Les salariés ont constaté une montée du stress au travail (principalement une pression personnelle pour réussir).

De nouvelles solutions ont été trouvées en interne par de nouveaux groupes de travail, et notamment l’introduction de cours de sophrologie pour lutter contre le stress. Le coût des séances commençant à devenir important, un salarié a accepté de réaliser un parcours diplômant ! (ndlr : c’est l’illustration de la devise shadoks « s’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème »).

Il convient de noter que la performance a été au rendez-vous : l’objectif de baisse de 10% des charges a été dépassé !

Au sein de la MAIF, la direction cherche à étendre les bonnes initiatives et a en particulier organisé un salon interne à la MAIF où chaque équipe présentait son idée. Il existe depuis de nombreux échanges de bons procédés entre les différentes équipes de la MAIF.

Compte Rendu : Guillaume LESDOS – MEDAVIZ – guillaume.lesdos -@- medaviz.com

Performance et Qualité de Vie au Travail

Télécharger le compte Rendu en version PDF :CPQVT CR Causerie Nantes Lydia Boisier – EMUCA – 12 Mai 2016

Montage Causerie Nantes EMUCA

Laisser un commentaire