Compte rendu Causerie – Alexandre Bernard (Carambar & Co -Suchard) – du 22 juin 2017 à Strasbourg

Collectif Performance et Qualité de Vie au Travail

Compte rendu Causerie du 22 juin 2017 à Strasbourg – Alexandre Bernard, (Responsable Lean & Maintenance chez Carambar & Co (Suchard))

 

Encore une de ces causeries dont on redemande nous a été proposée ce jeudi 22 juin par Alexandre Bernard, Responsable Lean & Maintenance chez Carambar & Co (Suchard) à Strasbourg, rejoint
plus tard par son collègue Lionel, Directeur d’usine.

Une causerie sous forme de magnifique partage de l’aventure Lean au sein de cette entreprise devenue une référence du genre. On parle du « Lean à la Suchard » !
Alex commence en nous expliquant qu’il existe, au moins, 17 définitions du Lean… puis prend l’image de la dynamite confectionnée la veille chez lui (un faux bâton heureusement !) : la
dynamite permet de sécuriser des endroits, elle créé aussi du danger, peut séparer les peuples ou créer du lien, elle est aussi un cadeau, cela dépend de ce que l’on en fait. Bref, comme le Lean !

Quel sens lui donne-t’on ?
L’entreprise a connu des hauts et des bas dans son histoire, et notamment un plan social en 2007 avec le départ de 123 personnes qui a généré de la souffrance en raison de l’esprit de famille qui règne au sein de la société. L’arrivée de Vincent Euzenat en tant que nouveau patron du site en 2009 bouscule les choses et initie l’esprit du Lean (prise de photos sur le site pour relever les anomalies nécessitant des correctifs…).

« Le Lean n’est pas un projet, c’est une aventure qui ne se termine jamais » explique Alexandre et il doit être porté par le Codir. Les partenaires sociaux ont été associés à la démarche et s’y sont montrés ouverts. L’idée est de faire de la productivité AVEC les gens.

Il faut du temps et beaucoup d’énergie, un renforcement du management de proximité, donner du sens, savoir célébrer, former les managers. 3 personnes de la société ont été dédiées à temps plein à la mise en place du Lean (la norme est d’une personne dédiée pour 100 personnes dans la société).

Les notations des collaborateurs ont été challengées les 3 premières années. Il est important de pratiquer la transparence dès le début, de dire les choses avec un langage de vérité qui fait la jonction entre les nécessités de la productivité et la qualité des conditions de travail. Le principe est d’apprendre en avançant, on accepte de faire des erreurs et on les corrige au fur et à mesure.
Dans cette démarche d’apprenant permanent, Lionel nous partage également une belle vision de la place des individus et des émotions dans le processus, un langage de passion qui fait mouche !

Laisser un commentaire